Archives du mot-clé definition

L’amour, c’est si compliqué ?

Demandez à 10 personnes dans la rue de vous donner la définition de l’amour, vous aurez 10 définitions différentes. Pourquoi donc ce sentiment est-il si hasardeux à expliquer alors que presque tout le monde en parle ou lui court après ? Une petite idée : ne serait-ce pas tout simplement qu’il résulte de la somme de deux états diamétralement opposés que sont l’égoïsme et l’altruisme ?

Image

Petit état des lieux : aimer, c’est d’abord chercher l’amour de soi dans le regard de l’autre (oui je sais, ce n’est pas très romantique mais c’est très connu, même des services de police). D’ailleurs,  « Aimez-moi » est sans doute la phrase la plus égoïste prononçable sur cette Terre par tout bipède qui se respecte ; c’est pourtant la première que l’on a envie de clamer à la personne élue de son cœur ! Et si par bonheur la réponse se fait quelque peu attendre, alors on finit par aimer davantage son propre désir que l’objet même de son désir ; « l’amour, c’est rencontrer quelqu’un qui vous donne de vos nouvelles » disait par exemple André Breton.

Mais dans ce cas, pourquoi érige-t-on ce sentiment à des hauteurs si vertigineuses ?

On sait que Dame Nature demeure d’une implacable cohérence en tout procédé. Ainsi, après avoir créé des choses (les mers, les forêts, les gastéropodes univalves, …), son but est de les perpétuer.

Pour se reproduire, les humains n’ont pas fondamentalement besoin d’être amoureux… mais s’ils veulent élever le fruit de leur union et le porter à maturité, c’est préférable. Un lien fort doit les unir au-delà des contingences matérielles. Or, si le sentiment amoureux devient alors indispensable à la survie de la lignée, il se doit de figurer en tête des préoccupations (juste après la quête des besoins physiologiques).

L’amour est donc viscéralement lié  au fameux instinct de survie, c’est-à-dire au retour primaire et légitime à soi (autrement dit… à l’égoïsme).

Le sentiment amoureux peut ainsi être considéré comme la figure de proue de l’égoïsme. Et il est (avec l’acte sexuel aidant à repousser l’idée de la mort) l’une des deux illusions nécessaires à notre survie.

Ça fonctionne d’ailleurs très bien, si l’on considère de par le monde la quantité effarante de gens trouvant l’amour de leur vie à moins de 10kms de chez eux ou même sur leur lieu de travail ! Des centaines de millions de coïncidences allant totalement à l’encontre du plus élémentaire calcul de probabilités… 

L’égoïsme est là, mais l’illusion se poursuit : car bien évidemment, aimer c’est aussi s’oublier totalement, c’est-à-dire laisser toute la place disponible pour l’autre. Chacune de nos priorités s’effaçant devant les priorités de l’autre… L’altruisme à son paroxysme, en quelque sorte.

Or, voilà bien le problème : en mathématiques, la somme de deux opposés donne zéro. Autrement dit, la neutralité absolue, le non état… Le chiffre parfait qui ne souffre aucune interprétation partisane.

Alors… si l’on se replonge tout à coup dans nos perpétuelles et indécrottables imperfections quotidiennes… serait- ce si étrange d’imaginer qu’on ait tant de mal à définir la perfection ?

Publicités